26. F. Lionel Gaumont ( F. Benjamin-Joseph )

Gaumont_Lionel 1

Gaumont.26

En hommage au Frère Lionel Gaumont

Frère Lionel Gaumont (Frère Benjamin-Joseph)

Né le 18 décembre 1917 à Mont-Laurier (Labelle) Québec

Première profession le 15 août 1934

Décédé le 18 mai 2008 à la Rés. De-La-Salle, Sainte-Dorothée, (Laval) Québec

 Inhumé au cimetière «Les Jardins Urgel Bourgie» (Laval) Québec

 

Ses origines et ses premières années

Mont-Laurier

Mont-Laurier

Mont-Laurier, petite cité des Hautes-Laurentides, à quelques centaines de kilomètres au nord-ouest de Montréal. C’est là qu’a vu le jour notre Frère Lionel, le 18 décembre 1917.

Il était l’aîné d’une famille de trois filles et de quatre garçons. Très tôt, la mort, terrible faucheuse, venait chercher sa mère, Rosina Lacasse (1920), et son père, Hormisdas (1928). Quel drame que de perdre à un âge aussi tendre, ceux qui nous sont les plus chers. Être Orphelin de mère à trois ans, et de père à onze ans ! Heureusement, Lionel fut recueilli, à Montréal, par son oncle Léonard et par ses grands-parents paternels.

Il commença son école primaire chez les Frères des Écoles Chrétiennes, et la poursuivit à l’Orphelinat Saint-Arsène, où il retrouva une famille, nouvelle pour lui, dans les personnes admirées des Frères Blaise et Armel Dupuis.

Sa formation religieuse et professionnelle

  002a.33k Quelques années plus tard en 1932, il entrait au juvénat de Saint-Bruno et, l’année suivante, au noviciat du Sault-au-Récollet où il prononça ses premiers vœux en 1934. Durant quatre ans, il poursuivit ses études au scolasticat de la rue Taché, avant de commencer une carrière de 42 ans dans l’enseignement. Il parachèvera sa formation académique en consacrant une bonne partie de ses loisirs à l’acquisition de diplômes universitaires (1949). En 1965, il fera son Second noviciat à Rome.

Sa carrière d’éducateur

Sa longue mission d’enseignant et d’éducateur fut toujours marquée par ses multiples implications sociales et son engagement au service des plus démunis.

Vœux perpétuels 1940

Vœux perpétuels 1940

Seront témoins de son dévouement : l’Académie Christophe-Colomb (1938-1944), l’École Richard de Montréal-Est (1944-1948), l’École d’Outremont (1949-1956), les écoles de Saint-Esprit (1956-1959) et de Saint-Lin (1959-1972) ; en cette dernière, il fut à la fois directeur et professeur. Son implication directe dans l’enseignement se terminera à la Polyvalente de Saint-Félix-de-Valois (1972-1980).

Ce sera la retraite. Mais ses activités pédagogiques n’ont pas épuisé ses énergies. La communauté à laquelle il est profondément attaché bénéficiera largement de ses talents à la Base de plein air du Camp Marcel, à l’Infirmerie Val-des-Rapides, à l’Escale Notre-Dame, et au Collège Beaubois.

Dès ses premières années d’apostolat, il témoigne de ce qu’il sera sa vie durant : un religieux authentique qui a conscience de ses responsabilités, qui sait ce qu’il veut et qui saura prendre les moyens pour parvenir à ses buts, quels que soient les obstacles.

2.Lionel.classeBon pédagogue, directeur minutieux et clairvoyant, il obtient facilement de ses élèves une excellente discipline et une bonne participation à leur formation. Lionel fut l’un des premiers Frères décorés du Mérite scolaire, de la part du ministère de l’Éducation.

« Il serait difficile de délimiter les horizons ouverts et les terres défrichées par cet inlassable tâcheron. À sa façon et dans la foulée de son idéal, Lionel fut un montfortain sculpté par l’inexorable quotidien et les besoins de son entourage ».

Il s’intéressera activement aux mouvements d’Action catholique,

Un homme d’action.

007a.49kTaille moyenne, visage plutôt sévère, quasi mystérieux, il regarde et observe sans trop montrer ce qu’il pense ; Il sait agir à bon escient et s’assurer les coopérations nécessaires.

Sous un extérieur quelque peu austère se cache un cœur généreux, une oreille attentive, un orateur assez sobre de paroles, mais dont le verbe manifeste une grande expérience. Il est animé par un esprit audacieux, entreprenant et enthousiaste, orienté vers l’action. Il est toujours prêt à apporter sa pierre à la construction, à mettre l’épaule à la roue s’il y en a besoin.

Divers engagements

Ses confrères reconnaissent ses talents et font appel à son dévouement pour les œuvres de l’Institut, en l’élisant au Chapitre provincial. De leur côté, les organisations civiles ont tôt fait de discerner en lui un homme d’action précieux,. Lionel coopérera comme membre du Club Optimiste, du Tourisme Lanaudière, du comité Pastorale-Jeunesse, de l’Association des Directeurs d’Écoles, de l’Organisation inter-Loge pour sans-logis, et plusieurs autres organismes.

Lionel a toujours eu le courage d’agir selon sa vocation d’homme, de chrétien et de religieux. Il fut toujours respectueux de l’humain et de son environnement, soucieux de mettre en valeur les forces que Dieu a cachées en chacun des êtres qu’il rencontre. Même à l’âge de la retraite, il poursuivra ses activités jusqu’à un âge avancé.

Témoignages

012a.63kJe terminerai la chronique d’une vie aussi remplie, par le témoignage du Frère Georges-Émile Bolduc, à l’occasion de ses funérailles le 23 mai 2008, qui résume fort bien cette vie toute donnée à son prochain : « Lionel était un homme clairvoyant, dévoué à la cause des autres et spécialement des plus malheureux. Son cœur compatissant savait trouver des solutions aux misères qu’il rencontrait sur son chemin. Il était un homme convaincu et convainquant. Il était un meneur qui savait trouver les mots pour susciter l’enthousiasme. En général, les gens l’aimaient et le suivaient. Son apparence suscitait peut-être une certaine crainte chez ceux qui ne le connaissaient pas très bien, mais il n’était as nécessaire de le fréquenter très longtemps pour reconnaître qu’il cachait un cœur d’or. Il avait une voix forte, propice au commandement. Tout le monde connaissait Lionel, car il avait le don d’être partout à la fois.

« Dans ses méditations de chaque jour, Lionel se nourrissait de la Parole de Dieu, et avec toute la fougue qu’on lui connaît il mettait en pratique ce que son cœur avait découvert devant le tabernacle où il venait puiser des forces toutes neuves.

« Lionel élevait la voix à la place des silencieux ; il parlait pour ceux qui n’avaient pas de voix. Sa voix tonitruante savait remettre à leur place ceux qui avaient des propos offensants pour les plus démunis.

010a58k« J’ai choisi intentionnellement, comme deuxième lecture, l’évangile du jugement dernier, parce que je trouve qu’elle lui convient bien. Cet évangile nous parle des gens au cœur compatissant qui ne peuvent voir des personnes souffrir de la faim ou de la soif, sans trouver une solution à ces problèmes. Qu’on pense à l’Accueil Bonneau, au Bon Dieu dans la rue, aux nombreux refuges qui offrent aux itinérants de bénéficier d’un bon lit pour la nuit, ou aux logis à prix modique qui permettent aux familles de se loger convenablement. Lionel s’est engagé dans ce domaine et dans bien d’autres d’ailleurs. Sur combien de conseils d’Administration n’a-t-il pas siégé? Ils sont légion, et Lionel y a été fidèle jusqu’à un âge avancé. Il a été président de la corporation du Camp Marcel pendant une dizaine d’années.

« Cet évangile nous rappelle nos devoirs d’humains et de chrétiens envers les autres. Le Seigneur nous a donné des frères et des sœurs à aimer et à aider. Comment le faisons-nous? N’oublions pas qu’un jour, Jésus a déclaré : « Ce que vous faites au plus petit de mes frères, c’est à moi que vous le faites!» sur ce point, Lionel était un exemple. Je me souviens, lorsque j’allais célébrer l’Eucharistie à la Fraternité Bordeaux où il résidait, j’avais remarqué sa serviabilité. Malgré son grand âge, il était toujours le premier à la tâche lavant la vaisselle ou sortant les poubelles. Son dévouement était sans limites ; il aimait rendre service. Combien de personnes n’a-t-il pas aidées qui lui seront éternellement reconnaissantes ! »

 014a.37kAyant eu le bonheur de vivre avec lui, à Bordeaux, les six dernières années de sa vie (2002-2008), j’ai été étonné et plein d’admiration en constatant l’infatigable dévouement et la constante serviabilité, l’énergie de ce bon vieillard de 90 ans, toujours plein de vitalité. Je termine en citant une phrase du Frère Raymond Leroux, Supérieur provincial, au moment de la fermeture du cercueil : « Rendons grâce à Dieu pour un tel homme, et demandons-lui d’en susciter d’autres de ce même type, toujours prêts à dire OUI, si c’est pour rendre service et contribuer à bâtir un monde meilleur.»

                                     Frère Henri-Paul

IMG_20150114_0009

1993.- Après un souper de fête de g. à d. FF. Émilien Couture, Charles-Auguste Bergeron, Gaston Pharand, Alphonse Perras, André Forget, Lionel Gaumond

16 octobre 2015. En hommage au Frère Lionel Gaumont Frère Lionel Gaumont (Frère Benjamin-Joseph) Né le 18 décembre 1917 à Mont-Laurier …

Un très belle hommage à mon oncle Lionel frère de Lucienne Gaumont épouse de François Lalumière. Un oncle que j’ai toujours apprécier pour sa présence ses conseils et son engagement dans la société.
Son neveu Pierre Lalumière

SUIVANT: no 27                                                                                      PRÉCÉDENT: no 25

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :