15. F. Émilien Couture ( F. Roger-Marie )

Couture_Émilien-1_photo_individuelle

Couture.15

Frère Émilien Couture (Frère Roger-Marie)

Né le 5 janvier 1915 à Saint-Stanislas (Montréal) Québec

Première profession le 15 août 1931

Décédé le 22 janvier 2005 à  la Maison provinciale (Montréal) Québec

Inhumé au cimetière «Les Jardins Urgel Bourgie» (Laval) Québec.

 

Saint Stanislas de Montréal

Saint Stanislas de Montréal

Notre Frère Émilien couture a répondu  à l’ultime appel du Seigneur le samedi 22 janvier 2005 à 22h55, au Centre Hospitalier Fleury de Montréal. Né dans la paroisse Saint-Stanislas de Montréal, le 5 janvier 1915, dans une famille qui compta 8 filles et 4 garçons, il était le fils de Arthur Couture, machiniste, expert tourneur en métallurgie, puis commerçant,  « d’une probité exemplaire et très attaché à l’Église et à son enseignement », décédé en 1955, et de Flore Dagenais, profondément dévote à Marie « d’une grande bonté, d’un tendre amour pour ses enfants et admirable par sa patience et sa résignation chrétienne dans la maladie », enlevée aux siens en 1958.  Ayant grandi dans une famille de 12 enfants, Émilien connut depuis ses premières années la vie et l’esprit de famille en toutes circonstances avec une gaieté communicative et fraternelle. La généalogie de la famille indique que, sept générations auparavant, un certain Guillaume Couture de Saint-Godard de Rouen, en Normandie, avait épousé Anne Aymard, le 16 novembre 1644, à Québec.

Dès l’âge de 8 ans il est admis à l’Orphelinat Saint-Arsène. Six ans de contact avec les Frères qui s’y dévouent du matin au soir, lui font désirer de partager un jour la vie de ces amis des jeunes qui lui semblent former eux-mêmes une famille très unie et très heureuse. Aussi demande-t-il a 14 ans d’être admis parmi eux. En 1929, encouragé par le Frère Blaise et influencé par les conférences entraînantes du Frère Tarcisius, il entre au juvénat de Saint-Bruno, où il parcourut joyeusement le cycle du cours primaire d’alors jusqu’en neuvième année. Il fut ravi de vivre dans ce bosquet de verdure, qui alternait entre une somptueuse blancheur hivernale et ce sanctuaire d’oiseaux où il assistait à la résurrection annuelle de la nature. Parmi les jeunes qui partageaient ses goûts et ses aspirations, il fut rapidement assuré qu’il avait choisi la carrière où il serait heureux, utile, et aussi ardent naturaliste.

Dès son arrivé au postulat, pour se confirmer aux règles du Code de Droit Canonique de l’époque, le Maître des Novices demande à l’archevêque de Montréal, permission d’admettre Émilien au noviciat dans les mois qui suivront. Au nom de Mgr Georges Gauthier, Administrateur apostolique du Diocèse, le Vicaire Général qui n’était autre que Mgr Deschamps, lui fait parvenir la réponse suivante : « Par la présente lettre, nous attestons que notre cher J,O. Émilien Couture qui est demeuré pendant quelques années dans la paroisse Saint-Stanislas Kostka de notre diocèse, est né de légitime mariage; qu’il est d’excellentes mœurs, a toujours eu une bonne conduite et jouit de la meilleure réputation. Il a été élevé chrétiennement, et n’est l’objet d’aucun empêchement juridique. Par conséquent, rien n’empêche qu’il soit admis au noviciat des Frères de Saint-Gabriel

Les années de formation initiale se succèdent dans une atmosphère de vie intense et joyeuse : le postulat en 1930, le noviciat pendant l’année suivante. Le 15 août 1931, il prononce ses premiers voeux de religion qui deviendront perpétuels en 1937, à la fin de la retraite annuelle. Trois rapides et fertiles années d’études au scolasticat École-Normale de la rue Taché, à Montréal, lui ont permis d’acquérir le Brevet Supérieur des Écoles Normales.

couture.2En 1934, le voilà muni pour commencer à son tour l’apostolat près  de la jeunesse, tout en poursuivant allègrement sa culture personnelle pendant les quelques loisirs que lui laissent ses responsabilités de classier, particulièrement en fin de semaine et au cours des vacances d’été, ce qui lui permettra d’obtenir peu à peu le Bac ès Arts et le Certificat d’études Littéraires de l’Université de Montréal.

Peu de Frères connaîtront des obédiences aussi variées que les siennes. Pendant les huit premières années, il passe assez rapidement et successivement à Sainte-Thérèse, Saint-Romuald, Saint-Jacques, École Christophe-Colomb et Orphelinat Saint-Arsène. Il s’attache fortement aux élèves qu’il forme à la piété en même temps qu’aux premiers éléments de la culture. Pour s’en convaincre, il n’est que de voir les listes complètes de ses élèves qu’il conservait de ces premières années et pour lesquels il se dévouait et priait.

couture.4Puis ses stages à nos diverses institutions se font plus longs et plus marqués par les œuvres extrascolaires qu’il assume volontiers et avec grand succès : sports d’hiver, pendant trois ans à Sainte-Anne-des-Plaines, Croisade Eucharistique à l’Orphelinat Saint-Arsène, où il est heureux et fier de pouvoir se dévouer à l’endroit même où il avait fait connaissance de l’Institut et bénéficié du dévouement et entraîner et stimuler la foule qui mne edemande qu’à rendre hommage au Christ et à Maire.

Lorsque nous devons quitter l’école Christophe-Colomb par pénurie d’enseignants, en 1964, il est nommé professeur des finissants au Manoir Notre-Dame de Mascouche. Il retourne ensuite à l’O.S.A., devenu Collège Saint-Arsène, avant d’être invité au Second noviciat, où il se rend de grand cœur. Il sait bénéficier d’un renouvellement spirituel et d’une connaissance approfondie de Montfort et des œuvres de Saint-Gabriel à travers le monde, grâce au contact avec les Frères qui en arrivent. Après ces quelques mois à Rome, il revient au Collège Saint-Arsène en même temps qu’il est élu par ses confrères canadiens comme membre du Conseil provincial, car ils savent apprécier son dévouement pour nos oeuvres et la sagesse de sa direction. Cette fonction entraîne sa nomination comme provincial intérimaire pendant un Chapitre général.

Mais homme d’une volonté énergique et résolue, il ne saurait se plier à des décisions qui lui semblent s’opposer à ses convictions, d’où qu’elles viennent. Plutôt que de renoncer à ses principes personnels, il préfère démissionner de certaines fonctions tout en respectant ceux qui lui sont opposés.

Émilien5..

On fête Noël! Émilien, 2e à gauche

Commencent ensuite pour lui des obédiences fort diverses auxquelles il se soumet volontiers ; 23 ans comme administrateur du pavillon Montfort qui abrite des étudiants du Collège Marie-Victorin. Des circonstances qu’il en pouvait tolérer et qu’on voulait lui imposer contraignent à s’éloigner avec l’assentiment de l’autorité provinciale. Il loge ensuite dans nos résidences d’Outremont et accepte la responsabilité de surveillance des temps de loisirs des jeunes de l’École des Petits Chanteurs du Mont-Royal des Pères de Sainte-Croix, de l’Oratoire Saint-Joseph. Il a tôt fait de gagner la sympathie de ces jeunes. Quand l’autorité médicale lui déconseille de poursuivre cette surveillance qui l’expose trop au froid et au grand vent, il prend résidence à notre Maison Rancourt et travaille à l’École Letendre, couverte par l’un de nos anciens, à la disparition de l’OSA. Il y reste trois ans en charge du service de l’imprimerie et de la bibliothèque. Pendant les cinq années suivantes il se dévoue comme secrétaire de la Paroisse Saint-Enfant-Jésus, et en 1984, il prend la relève comme responsable de la Maison du Rosaire et réside à la Maison de la rue Rancourt.

À l’âge dit «de la retraite», à compter de son arrivée à la rue Rancourt, Émilien ne fut jamais pour autant inactif, malgré son triple pontage. Il sait occuper son temps et ses énergies à la visite en ville – visite de sa ville puisqu’il y a vécu la plus grande partie de ses 90 ans, à l’œuvre de la maison du Rosaire et du Chapelet en Fraternité. Il sait aussi s’impliquer dans des services qui le rendent non seulement utile, mais nécessaire en sa Fraternité comme aussi à la paroisse.

couture.5Le chapelet en fraternité est une immense organisation créée par le Frère Jacques Burelle. « Le chapelet en Fraternité», écrivait son promoteur en juillet 1971, «est composé de membres de tous les états de vie, de personnes de toutes conditions sociales, de diverses contrées, en sorte qu’à l’heure actuelle prêtres, religieux, religieuses et laïqus, voire même de nombreux évêques se coudoient et se lient par une merveilleuse chaîne d’amour pour honorer Dieu en priant Marie». Quand on propose à Émilien d’en assumer la responsabilité, il accepte sans la moindre hésitation. Il eût été difficile de rêver meilleur apostolat pour un Gabriéliste de 80 ans. Il envoie à tous les intéressés les conditions d’admission à cette vaste Fraternité internationale, reçoit des centaines de nouvelles demandes d’adhésion, forme des groupes de 53 membres qui s’engagent à réciter un chapelet tous les jours et constituent un Chapelet vivant. Il poursuit ainsi le recrutement d’au-delà de 120 000 catholiques de tous pays commencé près de 30 ans plus tôt.

Couture.6En 1998, le voilà à la Fraternité Saint-Arsène en compagnie de quelques autres retraités. ils y mènent une vie paisible et lors de leurs fréquentes sorties, ils sont heureux d’aller saluer les confrères qui font un bref séjour à l’hôpital Jean-Talon assez voisin. Lorsque leur Fraternité devient, en 2001, « La maison à la croisée des chemins » pour le recrutement et l’orientation des jeunes à la recherche de leur avenir, il se rend avec un compagnon à la Maison provinciale.

Comme il l’a ressenti déjà maintes fois ailleurs, il s’y trouve tout à fait chez lui. Ses journées ne sont jamais monotones, car il sait les remplir d’occupations absorbantes. Outre les exercices de piété et les réunions communautaires auxquelles il est toujours présent, il trouve, à la bibliothèque provinciale, toutes les lectures qu’il se plaît à désirer, Quand à habituel passe-temps, il se plaît à résoudre tous les jours, les mots-croisés que lui apportent les deux journaux quotidiens. Il s’est d’ailleurs muni depuis longtemps de dictionnaires spécialisés pour cruciverbistes raffinés, et les a bien rangés, comme il se devait, près des manuels d’ornithologie.

Rien ne laissait prévoir qu’une chute dans sa chambre obligerait soudain à le faire conduire en ambulance à l’hôpital où son état fut jugé extrêmement grave et dont son cœur déjà faible ne put soutenir le choc. Quelques jours plus tard, on nous annonçait son départ pour l’au-delà.

Le 23 mai 1962, le Surintendant de l’Instruction publique du Québec avait remis à notre Frère Roger-Marie la médaille de l’Ordre du Mérite Scolaire en le nommant Chevalier de l’Ordre du Mérite scolaire. Trois ans plus tard, le 30 octobre 1965, lui parvenait de Rome une Bénédiction spéciale et individuelle du Saint-Père.

couture1.Sans aucune comparaison avec ces honneurs terrestres, le 22 janvier, le Seigneurr appelait à la récompense éternelle notre confrère Émilien après l’avoir adopté ici-bas depuis 90 ans (1915-2005), comme son enfant par le baptême, l’avoir appelé à son service dans notre Institut depuis 74 ans (1931-2005), lors de sa première profession, l’avoir guidé dans son apostolat direct près de la jeunesse pendant 45 ans (1934-1979) et avoir couronné près d‘un dernier quart de siècle de vie religieuse à son divin service quotidien comme consacré (1984-2005).

Les funérailles de notre Frère Émilien Couture eurent lieu en l’église La Visitation de Montréal le mercredi 26 janvier 2005, à 10 heures. Il fut inhumé au cimetière «Jardins Urgel Bourgie» à Laval, où reposaient déjà 13 de ses confrères.

Frère Adélard Faubert, sg.

IMG_20150114_0009

1993.- Après un souper de fête de g. à d. FF. Émilien Couture, Charles-Auguste Bergeron, Gaston Pharand, Alphonse Perras, André Forget, Lionel Gaumond

 

SUIVANT: no 16                                                                                      PRÉCÉDENT: no 14

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :